commencer le développement personnel
Développement personnel

Commencer le développement personnel

Le développement personnel, ouhh le mot qui fâche.

Ce terme qui parait perché et compliqué à la fois. Alors que non c’est juste le fait de travailler sur ses faiblesses pour améliorer sa vie et être plus heureux. C’est bon, vous êtes rassurés, on peut continuer ? 🙂

Aussi génial soit-on, nous avons tous des zones d’ombre, que nous n’assumons pas, que nous ne voulons pas voir, dont nous ne nous rendons pas compte. Un cas de figure qui nous fait direct monter les larmes aux yeux, un schéma qui se répète peu importe les personnes impliquées ou la période de notre vie. Et ça nous SAOULE. La plupart du temps on met ça sur le compte de notre personnalité (non mais tu comprends je SUIS comme ça, j’ai besoin de tout contrôler sinon je ne suis pas bien) ou des autres (oui c’est vrai j’ai pété un câble, mais il m’a rendu ouf, je ne supporte pas qu’il ne réponde pas à mes messages). Pour certaines personnes c’est très bien comme ça. Elles ne veulent pas spécialement que ça change.

Mais pour d’autres, c’est un poids au quotidien et elles se rendent bien compte qu’il y a une inconnue problématique dans l’équation de leur vie. C’est là que le développement personnel peut aider. Et comment ? Je vous explique.

Etape #1 : SE RENDRE COMPTE DU PROBLEME

Ca a l’air évident quand on le voit d’un oeil extérieur en observant un de ces proches, mais je vous assure que c’est beaucoup plus délicat quand il s’agit de soi même. C’est en réfléchissant aux évènements de notre vie qui nous ont fait souffrir, aux personnes à qui on ne parle plus, aux opportunités manquées qu’on se rapproche du sujet qui brûle. En gros tout ce qui vous laisse un goût amer dans la bouche. Réfléchissez, vous allez forcément tomber sur un ou deux sujets qui reviennent régulièrement dans votre vie. Si vraiment vous ne voyez absolument rien qui cloche chez vous, demandez l’aide de vos proches. Et on oublie pas de rester objectif et ouvert d’esprit face aux réponses 🙂

Etape #2 : ETRE PRÊT A CHANGER LES CHOSES

J’insiste sur ce point, parce qu’entre avoir envie d’aller mieux et être prêt à le faire, il y a un monde. La procrastination ça vous parle ? 

Travailler sur soi-même, ça signifie se confronter à des côtés de soi qu’on avait l’habitude de mettre de côté. C’est désagréable, ça demande du travail régulier et un peu de temps avant de voir des résultats. C’est pour cette raison qu’il est important de le faire pour VOUS. 

Ex: Si votre copine vous reproche de trop travailler. Il faut comprendre POURQUOI vous n’arrivez pas à lâcher même aprés 23h. Et travailler sur vous pour réussir à vous dégager du temps parce que VOUS avez envie de passer plus de temps avec elle. Et pas juste parce qu’elle vous le demande.

Vous voyez la nuance ? Si vous n’avez pas réellement envie de régler vos problèmes vous ne tiendrez pas jusqu’au bout, vous n’irez pas mieux et vous direz que le développement personnel c’est du bullshit 😉

Etape #4 : S’OBSERVER

Je dirais que c’est une des étapes les plus importantes. Observez-vous, remarquez les comportements qui reviennent mécaniquement, les phrases qui sortent toutes seules de votre bouche. Et notez. Notez tout. Le plus possible. On fera le tri aprés. Le but c’est de se regarder avec un oeil extérieur comme si vous observiez votre meilleur ami. Ce qui implique, de ne pas se juger. Le but ici n’est pas de savoir si on regrette ou pas, si on se sent mal ou pas de l’avoir fait. Mais juste de se rendre compte de ce qu’on a dit, ressenti, fait. 

Ex: « Hier quand j’ai appris que mes deux potes étaient aller boire un verre ensemble sans me le proposer, j’ai ressenti de la (…), j’étais vexé alors j’ai répondu que (…) alors que je ne le pensais pas. »  

Etape #3 : TROUVER LES BONS OUTILS

De nos jours il existe pas mal de contenu vulgarisé et disponible en libre accès sur Internet. Et ça c’est super cool quand on a pas les moyens de se payer un coaching à des milliers d’euros. Maintenant qu’on a identifié les éléments qui posent problème (je me sens souvent rejeté, comme par exemple quand mes potes se voient sans moi), on peut chercher des outils en rapport avec ceux-là. Je vous donnerai ici certains outils qui m’ont énormément aidés. Je peux déja vous recommander les podcast d’Esther, de change ma vie, les vidéos de la carologie. Vous y trouverez pas mal de sujets différents. Il y a aussi énormément de livres sur le sujet, je parlerai de quelques uns ici. N’hésitez pas à aller fouiller à droite à gauche pour vous nourrir de plusieurs sources d’informations. 

Etape #5 : DECONSTRUIRE LES PENSEES LIMITANTES

C’est sans hésitation, la partie la plus DURE ! On a tous été élevé ou évolué selon des croyances. « Il faut manger quand on a faim pour que son corps ai de l’énergie et soit en forme ». Ok ça c’est vrai. C’est prouvé scientifiquement par des tas d’études. Par contre les « un vrai mec ça ne pleure PAS », « Je DOIS faire minimum 5 ans d’étude pour réussir dans la vie », « Je ne suis pas assez belle pour attirer un mec » ça on peut facilement les discuter. Elles nous bloquent au quotidien, nous empêchent de suivre nos vraies envies et nous font construire des schémas vicieux qu’on répète et répète à l’infini.

Ex : « Je me considère comme une grosse personne, je n’arriverai jamais à maigrir, je suis GROSSE. Donc qu’est-ce que ça peut bien faire si je mange le paquet de chips en entier ou pas ? Je le mange donc je grossis. Je grossis donc je ne maigris pas. Donc je reste une grosse personne aussi longtemps que j’aurai cette croyance en moi. » 

Etape #6 : METTRE EN PRATIQUE

Maintenant qu’on a identifié le grain de sel qui fait tout dérailler à chaque fois et qu’on a bien compris le pourquoi du comment. C’est là qu’il va falloir oser. Oser penser et de réagir autrement face à des mécanismes qu’on a depuis des années. Oui c’est difficile car ce n’est pas naturel pour nous, des fois c’est risqué (même si en réfléchissant on ne prend jamais des risques aussi gros qu’on l’imagine). 

Ex : Je suis assez timide. Je n’ose jamais donner mon avis en réunion même quand je ne suis pas d’accord. J’ai peur de passer pour une conne en proposant autre chose et que personne ne m’écoute. La prochaine fois, je mets l’appréhension de côté, j’énonce mon point de vue. Au mieux ? Mes collègues sont agréablement surpris par mon idée à laquelle ils n’avaient pas pensé. Au pire ? Mon boss m’explique que ça ne fonctionnera pas pour telle ou telle raison mais il remarquera que j’ai des idées et me demandera mon avis de lui-même la prochaine fois.

Etape #7 : ETRE INDULGENT AVEC SOI-MÊME

Devenir une meilleure personne ça prend du temps. Il faut souvent passer des discussions, des échecs, des remises en question, des incompréhensions afin d’arriver au résultat escompté. Et c’est normal. C’est déja génial de se rendre compte de ce qui nous empêche d’avancer et de vouloir y remédier. Ce qui compte c’est de se rappeler régulièrement pourquoi on le fait et ne pas se décourager si cela ne fonctionne pas du premier coup. Peut-être qu’on s’est mal exprimé, que l’autre personne n’était pas prête à nous entendre à ce moment précis. N’hésitez pas à parler de votre démarche aux personnes en qui vous avez confiance. Si vous êtes honnêtes avec elles, il y a de fortes chances qu’elles soient touchées et admiratives de votre volonté de vouloir aller mieux et peut-être même qu’elles vous y aident 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.